La quinte juste - éveil et apprentissage de la musique

Les risques auditifs

L’oreille est un organe important qu’il est essentiel de protéger. Elle est composée de trois parties : l’oreille externe, l’oreille moyenne et l’oreille interne. C’est dans cette dernière que l’on trouve les cellules « ciliées », qui permettent l’audition. Ces cellules complexes permettent de réguler les sons : elles servent à traduire le message sonore.

On naît avec un nombre limité de cellules ciliées, et elles ne se renouvellent pas. Il est naturel avec l’âge d’avoir l’audition qui baisse, dû à la perte des cellules ciliées. Cependant, certains comportements au cours de notre vie peuvent nous amener à abîmer notre audition. C’est pour cela qu’il est important de toujours se protéger pour éviter les traumatismes suivants :

L’intensité du son, c’est-à-dire quand il est plus ou moins fort, se calcule en décibels (dB). Ils s’illustrent souvent sur une échelle allant de 0 à 120. Notre oreille commence à souffrir à partir de 85 dB, soit le bruit que fait une tondeuse à gazon.

Aujourd’hui, il existe des réglementations pour l’audition de la musique. Cependant, les écouteurs que l’on met dans nos oreilles peuvent atteindre 100 dB à pleine puissance, ce qui est plus que le niveau à risque. C’est pour cette raison qu’il est fortement recommandé de ne jamais écouter de la musique au volume maximum. Il faut également veiller à porter des bouchons d’oreilles lorsqu’on assiste à un concert ou à une manifestation particulièrement bruyante. Les musiciens sont souvent confrontés à ces risques, notamment au sein d’un orchestre, où le port de bouchons est vigoureusement conseillé.

Au quotidien, lorsqu’on est exposé à des risques pour notre audition, il faut faire attention à tout bourdonnement, sifflement ou sensation d’oreilles bouchées. Cela signifie qu’il faut se reposer et, si la gêne ne s’estompe pas, il faut rapidement consulter un médecin spécialiste des problèmes auditifs : l’ORL (oto-rhino-laryngologiste).

Retour sur Musique pratique - Prévention : les bonnes pratiques