La quinte juste - éveil et apprentissage de la musique

L'échauffement

L’échauffement est parfois confondu avec le simple fait de « faire ses gammes », qui consiste à réaliser une suite de notes pour s’entraîner. Cependant, on peut l’exploiter et s’en amuser d’innombrables manières. L’échauffement est avant tout une mise en condition qui permet de ne pas brusquer les différentes parties du corps sollicitées pendant le jeu, et il faut le voir dans son ensemble, qui comprend : l’installation, les exercices de respiration, de mise en place, etc.

Les rituels d’échauffements sont bien différents selon les individus, selon les instruments, selon le niveau et les enseignants. C’est pourquoi il est très difficile de donner une « recette miracle » applicable à tous. Certains vont préférer s’échauffer en développant des points techniques (faciles pour l’échauffement), alors que d’autres vont préférer jouer des morceaux simples pour développer la musicalité. Mais c’est avant tout un moment de complicité avec son instrument et au cours duquel il faut être attentif à ses propres sensations.

Il ne faudra jamais négliger la respiration, évidente pour un instrument à vent, mais beaucoup moins pour les autres. Lorsque nous parlons, nous ne respirons pas en plein milieu d’une phrase ! C’est un automatisme qu’il faut aussi apprendre lorsque l’on est musicien.

Par ailleurs, l’échauffement ne sera pas forcément le même selon le moment de la journée. En effet, ce temps sera plus long s’il est pratiqué le matin, au réveil, que le soir, après une journée d’école ou de travail.

Voici quelques exemples d’échauffement pour divers instruments. Ce ne sont bien entendu que des pistes, qui ne remplacent en aucun cas le savoir-faire d’un enseignant diplômé. À chacun de trouver ce qui lui correspond, en fonction de ses envies, de son niveau et de ses besoins techniques.

Accordéon

C’est un instrument physique, en partie dû à son poids, mais aussi à l’utilisation du soufflet. En effet, c’est le bras gauche qui est plus sollicité physiquement. C’est pour cette raison qu’il peut être intéressant de faire du renforcement musculaire du dos et des abdominaux. Par ailleurs, après avoir adopté la bonne posture, il pourra être possible d’ouvrir, en inspirant, et de fermer, en expirant, le soufflet à l’aide du bouton d’air. Le même travail pourra être effectué avec des notes tenues. Il sera bien entendu possible de travailler toutes sortes de gammes, à la main droite, à la main gauche, les mains ensemble. Des exercices d’indépendance des doigts pourront aussi être abordés.

Batterie

C’est un instrument très physique pour les bras et les poignets. C’est pour cela qu’avant de débuter il peut être conseillé de détendre ces parties du corps par des étirements. La corde à sauter peut aussi être une astuce car elle fait travailler épaules, bras et chevilles… ! Après s’être installé devant son instrument, il sera possible de faire des enchaînements de rythmes simples, mais en veillant à sa régularité, sur tous les toms, puis intégrer progressivement les pieds…

Clarinette

Avant de jouer de la clarinette, il faudra veiller à bien préparer les muscles du visage en se massant les joues, puis en faisant des mouvements avec les lèvres, bouche fermée, bouche ouverte, mâchoire ouverte, mâchoire fermée. Il sera possible ensuite de débuter le jeu, en adoptant la bonne posture, en commençant par des sons filés (une même note que l’on tient plusieurs secondes), pour poursuivre sur un morceau simple ou quelques exercices techniques simples.

Djembé

C’est un instrument qui sollicite beaucoup les bras et les mains, c’est pour cela qu’il faudra veiller à bien les échauffer avant de commencer à jouer. Des étirements, des rotations des poignets pourront être une bonne mise en condition. Ensuite, il pourra être possible de débuter en enchaînant des rythmes simples (blanches, noires, croches), plutôt lentement. Divers modes de jeu pourront être abordés afin de chauffer toutes les parties de la main (centre de la peau avec la paume de la main, bord de la peau avec le bout des doigts…).

Flûte à bec

C’est un instrument à vent, donc il faudra faire d’autant plus attention à son souffle. L’échauffement pourra débuter sur une détente des membres les plus sollicités : les bras, les épaules, les doigts, le cou… puis par quelques exercices de respiration abdominale. Le musicien, après avoir adopté la bonne posture, pourra effectuer des sons filés (émettre progressivement une note d’un niveau sonore très faible à un niveau plus fort) et tenir les notes sur plusieurs secondes. Il pourra ensuite effectuer des gammes ou bien commencer un morceau facile, tout en se concentrant sur la justesse, la posture, les lèvres et la respiration.

Guitare

Après le rituel d’accordage, et après avoir adopté la bonne posture, il sera possible de commencer à produire quelques sons. Il s’agira dans un premier temps de se « chauffer les doigts », à partir de quelques exercices d’arpèges, par exemple, ou bien de jouer un morceau facile pour se mettre en condition. L’entretien des ongles est également une partie à ne pas négliger car leur longueur va jouer sur la qualité sonore de votre musique ! Pour les débutants, il est conseillé de garder des ongles très courts et de ne jouer qu’avec la pulpe des doigts, qui absorbe plus doucement la vibration des cordes.

Piano

Un échauffement des mains, des doigts et des poignets pourra être effectué avant de commencer à jouer (rotations, étirements…). Le pianiste pourra ensuite faire quelques exercices pour se délier les doigts (avec des suites de notes). Le cerveau lui aussi doit être « échauffé ». On doit l’habituer en effet à « désynchroniser » les gestes pour permettre à la main droite et à la main gauche de jouer deux morceaux différents : c’est un exercice difficile qui demande de l’entraînement. Ces techniques pourront être travaillées à travers divers morceaux. Attention : pour un touché adapté, il est vivement conseillé d’avoir les ongles courts.

Trompette

C’est un instrument qui demande une bonne condition physique. Il faudra donc veiller à ne pas brusquer son corps trop rapidement. Avant de commencer à jouer, il faudra penser à éveiller son corps pour se mettre en condition par des étirements, des respirations et des massages du visage. Après avoir adopté la bonne posture, il sera possible de produire quelques sons, sans forcer, pour activer la colonne d’air. Progressivement, le trompettiste jouera quelques exercices basiques pour ensuite appréhender des morceaux plus complexes.

Violon

Le violoniste pourra débuter en faisant quelques étirements des bras, en s’échauffant les poignets, puis le cou. Pour se familiariser avec l’instrument et commencer à ressentir son archet, il sera ensuite possible de travailler sur des cordes à vides en effectuant la technique du « tiré/poussé » (geste instrumental du violoniste). Dans le contexte de cet instrument, l’exécution de gammes sera d’autant plus intéressante qu’elle permettra de mémoriser les différents emplacements des doigts sur le manche et ainsi favoriser la justesse des notes.

Violoncelle

Cet instrument fait partie de la même famille que le violon. C’est pour cela que les échauffements seront similaires. On pourra reprendre le principe des cordes à vides, le travail de l’archet pour la régularité du son et les gammes pour la justesse.

Retour sur Musique pratique - Prévention : les bonnes pratiques