La quinte juste - éveil et apprentissage de la musique

La période classique

La période dite « classique » va s’étendre de la seconde moitié du XVIIIe siècle jusqu’au tout début du XIXe siècle.

Trait d’union entre la période baroque et la période romantique, c’est l’âge d’or de la musique instrumentale, avec l’apparition de nouveaux instruments, comme le piano-forte. Celui-ci détrônera progressivement le clavecin en raison de ses qualités expressives.
Son nom ‒ « piano-forte » ‒ vient du fait qu’il pouvait produire des sons forts (forte) et doux (piano).
Extrait d’un morceau joué sur le piano-forte de Mozart

C’est à cette période également que se développent les sonates, quatuors, concertos et symphonies. C’est aussi la naissance du grand orchestre symphonique.

Il faut savoir que chaque instrument a sa place dans un orchestre symphonique : ils sont disposés par famille et placés selon leur force de jeu :
Extrait de l’émission « C’est pas sorcier »

Trois grands compositeurs ont particulièrement marqué cette période : Mozart (1756-1791), Haydn (1732-1809) et Beethoven (1770-1827). Ce dernier fait d’ailleurs le lien avec l’époque suivante, la période romantique.

Mozart
(1756-1791)
Haydn
(1732-1809)
Beethoven
(1770-1827)

 

La musique classique recherche l’équilibre et la perfection des formes et du langage musical, que ce soit au niveau du rythme, de la mélodie ou des harmonies. Les compositeurs de cette époque recherchent la rigueur, l’élégance et la légèreté.

Prenons l’exemple de La Danse allemande, de Mozart, interprétée par un orchestre de chambre.
Cette musique est très structurée : elle comporte trois sections. La section A est jouée dans un tempo rapide par tout l’orchestre. La section B prend un tempo plus lent et est jouée moins fort. La troisième section est une redite de la première. Il y a ainsi une symétrie autour de la section du milieu. La forme est donc : A‒B‒A.
Symétrie et répétitions sont ainsi des principes de compositions importants pour ces musiciens qui recherchent l’équilibre ; de plus, l’auditeur aura plaisir à retrouver une mélodie déjà entendue !
La Danse allemande de Mozart

Pourquoi parle-t-on d’orchestre « de chambre » ?
Sous l’Ancien Régime, la « chambre » désigne l’appartement privé du roi. À partir de François Ier, on distingue dans le domaine musical la chambre (musique profane), la chapelle (musique religieuse) et l’écurie (divertissements de plein air).

Le début du XIXe siècle est marqué par l’esprit de la Révolution française, qui influence également la musique : les artistes se libèrent petit à petit du pouvoir des princes, laissant place à des créations plus personnelles. Grâce à l’apparition de salles de concerts, les musiciens vont se produire devant un plus large public et s’assurer une autre source de revenus.
Sonate pour piano n° 50, Joseph Haydn
Symphonie n° 3 Eroica, Beethoven

Retour sur Encyclopédie de la musique - Histoire de la musique