La quinte juste - éveil et apprentissage de la musique

Franz Liszt

Compositeur et pianiste virtuose, Franz Liszt est né en Hongrie en 1811.

Son père, grand amateur de musique, commence à lui enseigner le piano dès ses 6 ans.

Le jeune garçon donne son premier concert public à 11 ans, et le succès qu’il recueille dès lors auprès de l’aristocratie hongroise lui vaut une bourse, qui lui permet d’aller étudier à Vienne. Il se lance alors dans une tournée de concerts en Europe et s’installe avec sa famille à Paris en 1823.

Il y écrit l’opéra Don Sanche ou le Château d’amour, et le début de ses Études d’exécution transcendantes. Il est rapidement salué par la critique et par le public français.

C’est son père qui gère la carrière du jeune garçon, et des tournées de concerts organisées à partir de 1824 lui rapportent une coquette somme d’argent. Cependant, la mort de son père, en 1827, oblige le jeune Franz à donner des cours de piano pour s’assurer des revenus fixes. Il tombe d’ailleurs amoureux d’une de ses élèves, Caroline de Saint-Cricq, fille de ministre. Lorsque les leçons de cette dernière prennent définitivement fin, Liszt est désespéré, et son intérêt pour la religion prend des formes de crise mystique. Malgré sa réputation, il n’a plus le cœur à donner des cours et arrête pendant un temps, avant d’y revenir par nécessité.

Il rencontre Marie d’Agoult, avec qui il part vivre en Suisse. Durant cette période, Liszt est régulièrement en tournée en Europe et compose ses rhapsodies. C’est également à cette période, entre 1835 et 1839, que naissent leurs trois enfants. Leur relation prend pourtant fin en 1844.

À 33 ans, Liszt est un virtuose du piano très bien payé ; il est admiré et dirige même des opéras d’autres compositeurs en représentation.

En 1847, venu à Kiev pour donner un concert à but caritatif, il fait la connaissance de Carolyne de Sayn-Wittgenstein, épouse d’un prince russe dont il tombe amoureux et qui l’incite à se consacrer à la composition. Il accepte alors de s’installer à Weimar comme maître de chapelle. C’est là qu’il composera douze poèmes symphoniques, les symphonies Faust et Dante, les Rhapsodies hongroises, ainsi que de la musique d’église. Pendant ce temps, Carolyne vient également s’installer à Weimar et doit divorcer, mais cette relation est très mal vue par l’aristocratie. Lorsque Liszt se voit refuser le droit d’épouser religieusement sa compagne, il démissionne, en 1858. La déception de ne pouvoir se marier l’oriente vers une nouvelle période mystique. Il compose par exemple La Légende de sainte Elisabeth, de Hongrie, la messe Missa Choralis, la Messe hongroise du couronnement ou encore Requiem.

À 54 ans, il décide de se vouer à la religion : il ne sera jamais prêtre mais reçoit la tonsure des moines et les « ordres mineurs ». Il continue néanmoins son travail de composition, ainsi que celui d’enseignant, à l’Académie de musique de Budapest, dont il est le président et l’un des membres fondateurs.

Il décède des suites d’une pneumonie, en 1886.

Chronologie

1811 : Naissance de Franz Liszt en Hongrie
1822 : Premier concert public
1827 : Décès de son père
1865 : Entrée dans les ordres
1886 : Décès du compositeur, à l’âge de 75 ans

Anecdotes

Liszt a tellement de succès qu’il a des « fans » qui lui baisent les mains à la fin de ses concerts (certains conservaient même des fonds de boissons dans des tasses dans lesquelles il avait bu !).

À écouter

Liszt - Transcendental© Andreas Xenopoulos

Liszt - Rhapsodies hongroises© Shuwen Zhang

Retour sur Encyclopédie de la musique - Grandes figures de la musique