La quinte juste - éveil et apprentissage de la musique

Hector Berlioz

Né en 1803, au pied des Alpes, Hector Berlioz est fils de médecin.

Son père, mélomane, lui laisse la possibilité de s’initier à la musique mais il souhaite que son fils fasse, comme lui, une carrière médicale.

C’est à l’âge de 12 ans qu’il commence à composer pour son premier amour, qui en a alors 17.

Bachelier en 1821, il passe une année à étudier la médecine à Paris mais choisit de dédier sa carrière à la musique. Cette décision lui vaut de se brouiller avec sa famille ; sa mère lui en tiendra particulièrement rigueur.

Malgré les reproches, il étudie la musique et s’inscrit au Conservatoire de Paris en 1826.

Il se présente cinq fois au Concours de Rome et, après plusieurs échecs et une seconde place, il finit par l’emporter en 1830 grâce à La Mort de Sardanapale. Berlioz souhaite réussir le concours uniquement pour prouver à sa famille que sa musique peut être reconnue par des professionnels.

La même année, il compose sa Symphonie fantastique, qui remporte un grand succès.

Alors qu’il est à Rome, la jeune fille qu’il fréquente rompt avec lui. Il veut revenir à Paris mais fait halte à Nice, où il compose l’ouverture du Roi Lear avant de regagner Rome, où il ne compose plus beaucoup.

De retour à Paris, en 1832, il assiste à une représentation du Hamlet de Shakespeare et tombe amoureux de la comédienne, Harriet Smithson. Il l’épouse l’année suivante, et ils auront un fils en 1834 : Louis. Cette même année, Berlioz devient critique pour la Gazette musicale, puis pour le Journal des débats, et compose Harold en Italie.

Jusqu’en 1841, il compose le requiem la Grande Messe des morts, sa Symphonie funèbre et triomphale, et achève les Nuits d’été. Il se sépare également de son épouse.

En proie à des difficultés financières, plus reconnu comme chef d’orchestre que comme compositeur, il entreprend, entre 1842 et 1868, des tournées en Europe, et même en Russie, où il rencontre un réel succès. Il entame la composition des Troyens, un opéra très exigeant d’un point de vue matériel, compose l’opéra-comique Béatrice et Bénédict, ou encore L’Enfance du Christ, qui rencontre un énorme succès.

Mais une période de tristesse et de solitude vient ternir ces succès : en 1862, sa deuxième épouse décède et, cinq ans plus tard, c’est au tour de son fils unique de succomber à la fièvre jaune à Cuba.

Sa dernière tournée en Russie est un triomphe, mais il meurt à Paris en 1869.

Chronologie

1803 : Naissance d’Hector Berlioz à La Côte-Saint-André dans l’Isère
1821 : Début de ses études de médecine
1826 : Inscription au Conservatoire
1830 : Premier prix au Concours de Rome
1862 : Décès de sa deuxième épouse
1867 : Décès de son fils
1869 : Mort de Berlioz, à 66 ans.

Anecdotes

Son père est son premier maître de musique et lui apprend à jouer du flageolet, instrument à vent qui s’apparente à la flûte à bec.

Lorsque Marie-Félicité rompt avec lui en 1830, c’est avec le projet de la tuer pour se venger qu’il part pour Paris !

Lors de sa tournée en Russie, en 1847, il est rappelé douze fois sur scène !

À écouter

Berlioz - Damnation de Faust© United States marine band

Berlioz - Nuits d'été© European Archive

Berlioz - Symphonie fantastique© European Archive

Retour sur Encyclopédie de la musique - Grandes figures de la musique