La quinte juste - éveil et apprentissage de la musique

Georges Bizet

Alexandre César Léopold Bizet est né en 1838 à Paris, il sera appelé « Georges » seulement après son baptême. Il est le fils unique d’une mère pianiste et d’un père professeur de chant, qui l’initient très jeune à la musique.

À 9 ans, il entre au Conservatoire de Paris et remporte de nombreux prix.

En 1855, il compose une Symphonie en ut majeur de grande qualité et, deux ans plus tard, se voit attribuer le Grand Prix de Rome avec sa cantate Clovis et Clotilde.

Il part donc étudier à Rome pour trois ans. Durant cette heureuse période de sa vie, il découvre Rome et la liberté, et compose Don Procopio, La Chasse d’Ossian ou encore La Guzla de l’émir.

À son retour en France, il se consacre à l’enseignement et à la composition. En 1863, il reçoit la commande des Pêcheurs de perles, qui reçoit une critique positive et encourageante de la part de Berlioz, mais qui n’est pas un grand succès. Quelques années plus tard, Léon Carvalho lui passe une nouvelle commande : La Jolie Fille de Perth.

À 30 ans, en 1869, il épouse la jeune Geneviève Halévy, fille d’un de ses professeurs au Conservatoire et membre d’une famille de musiciens réputés.

Ses compositions ne recevant pas le succès qu’il espère, Bizet réalise pour un éditeur des transcriptions pour piano d’œuvres à la mode.

Durant la guerre de 1870, il s’engage dans la Garde nationale et quitte Paris, où il revient l’année suivante.

En 1872, son fils unique, Jacques, voit le jour, et il compose Jeux d’enfants. Il participe également à la pièce d’Alphonse Daudet en composant la musique. La pièce est rapidement retirée de l’affiche, mais Bizet en extrait une suite orchestrale qui remporte un franc succès. L’année suivante, il écrit l’opéra Djamileh.

Pour nourrir sa famille, il travaille beaucoup, notamment en réalisant des travaux pour des éditeurs ou en donnant des leçons de piano. Sa musique seule ne lui permet pas de vivre à l’abri du besoin, malgré quelques succès comme celui de Patrie en 1874.

En 1875, il compose l’opéra Carmen. Commandé par la salle de spectacle de l’Opéra-Comique, Carmen ne correspond pas exactement aux attentes de son commanditaire, et Bizet a toutes les difficultés à le faire accepter. De plus, il est épuisé par les répétitions, qui ne se déroulent pas au mieux. Le 3 mars a lieu la première, qui est en réalité un désastre. Le public et la critique accueillent défavorablement l’opéra, dont le sujet est jugé à l’encontre de la bonne morale. Carmen est pourtant une des œuvres les plus jouées au monde de nos jours. Lors d’une des représentations, le compositeur fait une rupture d’anévrisme et, le 3 juin, un infarctus l’emporte à l’âge de 36 ans.

Ironie du sort, son opéra Carmen est joué quelques mois après sa mort à Vienne, et c’est un véritable triomphe.

Chronologie

1838 : Naissance d’Alexandre César Léopold Bizet, baptisé ensuite « Georges »
1847 : Entrée au Conservatoire de Paris, où il remporte des nombreuses récompenses.
1857 : Remporte le Grand Prix de Rome et part étudier en Italie
1869 : Mariage avec Geneviève Halévy
1872 : Naissance de son fils unique, Jacques
1875 : Compose l’opéra Carmen et décède le 3 juin, à l’âge de 36 ans

Anecdote

Sa Symphonie en ut majeur, écrite alors qu’il n’a que 17 ans, a été perdue dans les archives du Conservatoire de Paris. Elle n’a été redécouverte puis jouée qu’en 1933, après la mort du compositeur.


À écouter

Bizet - Carmen (Acte 1)© European Archive

Bizet - Carmen (Les Toréadors)© Papalin

 

Retour sur Encyclopédie de la musique - Grandes figures de la musique