La quinte juste - éveil et apprentissage de la musique

Solfège

Le solfège est à la musique ce que la grammaire est au langage. Il est possible de parler sans rien connaître de la syntaxe et de la grammaire. Les enfants savent parler avant de savoir lire ou écrire. Il en est de même pour la musique. Un enfant peut taper un rythme sur un tambourin sans rien connaître de cette notion. Il n’est point besoin de connaître le solfège pour jouer d’un instrument. Et pourtant, comme la façon d’exprimer sa pensée s’améliore à mesure que l’on travaille la syntaxe, la grammaire et le vocabulaire, le solfège permet à l’instrumentiste de développer sa créativité, de jouer différentes sortes de musique, de s’approprier plus facilement de nouvelles techniques, et même de déchiffrer « à vue » une partition, sans avoir besoin de la jouer. La connaissance du solfège accroît le plaisir de jouer et développe les perspectives du musicien.

Le mot solfège vient de solfeggio en italien, mot dérivé des noms des notes sol et fa. Le célèbre moine italien du XIe siècle, Guido d’Arezzo, aurait inventé le solfège pour aider les autres moines de son monastère à chanter.

Retour sur Encyclopédie de la musique - Dictionnaire des termes musicaux